Les réflexions de Paul: la relation TORI et UKE

V – La relation TORI et UKE

Dans le dojo précédemment évoqué, qui est le lieu de liberté, d’engagement et de sincérité, tori et uke par leur attitudes respectives et réciproques sont les acteurs principaux.


Tori : Littéralement “celui qui prend”, est celui qui prend la maîtrise dans la pratique. Il est le plus présent des deux à ce qui a lieu. On dit qu’il est “avant” uke, dont il prend la décision par son avance. Tori premet à uke de recevoir, d’éprouver et d’enregistrer les sensations justes.


Uke : Littéralement “celui qui reçoit”, est celui qui reçoit la maîtrise dans la pratique, par son engagement complet, par la sincérité totale dans l’action, particulièrement par sa capacité à recevoir, plutôt qu’à défendre et à éviter.
Uke aspire à acquérir la maîtrise de la pratique afin de se retrouver à son tour dans la situation de tori. Ce faisant, il permet à tori de corriger et perfectionner son travail vers le maximum d’efficacité. 


Contrairement à la poignée la main qui assure notre interlocuteur de notre sincérité réciproque, le salut japonais montre le respect de l’autre tout en maintenant la distance. En revanche, lorsque nous nous tenons, c’est l’acceptation totale de l’autre. L’autre n’est plus extérieur mais à l’intérieur d’un couple au sein duquel il s’agît de satelliser l’autre le premier. Dans la relation du couple, les bras ne sont là que pour transmettre la mobilité. Ce ne sont pas des moteurs, c’est en effet le corps qui crée la mobilité. C’est la pensée avec le hara. Tori maintient un éveil et un contrôle constant sur lui-même et vis à vis de uke avant, pendant et après chaque technique.Dans l’étude les deux partenaires doivent accepter une forme de corps sans gêner l’autre par une attitude négative. Tori doit adapter son réflexe à l’intention de uke, quand ce dernier commence à penser. Tori doit prendre sa pensée pour l’utiliser. Ce geste d’esquive incite l’autre à attaquer. Il ne faut pas confondre incitation et stratégie. L’incitation peut prendre n’importe quelle forme à n’importe quel moment. Ce n’est pas prémédité, c’est spontané.
Le judo est spontané venant de l’esprit, du coeur et du corps. L’idée est de créer une opportunité dans la direction de l’action. Grâce à son attitude, sa disponibilité et à un éveil constant, tori est prêt, il peut anticiper à tout instant pour contrôler et contrer uke.


Par une pratique régulière et sous l’oeil attentif du professeur exigeant, tori et uke tirent quelques bénéfices tant sur le plan mental que physique en vivant de bonnes sensations, améliorant leur forme de corps et en ayant le plaisir de travailler sur de bonnes bases, en améliorant la qualité des relations avec le partenaire. On ne peut progresser que grâce à son partenaire et non contre lui. Le partenaire n’est pas l’obstacle à abattre : il est la résistance qui nous oblige à accéder à une autre dimension de nous-même en nous libérant de la peur, des préjugés et d’un excès d’égocentrisme.


Comme je l’entends dire maître Delmail, 7ème dan, au cours de stages de judo consacrés aux katas : “Tori et uke c’est l’harmonisation des corps et la communion des esprits”!

Paul Perez